Facture auto-entrepreneur

La facturation pour les autoentrepreneurs : 
Comment ça marche ?

Toute entreprise est tenue de facturer ses prestations ou produits à ses clients et les autoentrepreneurs ne dérogent pas à la règle. S’ils bénéficient d’une comptabilité allégée puisqu’un simple livre des comptes avec les recettes et les dépenses suffit, ils ne sont pas pour autant exonérés d’établir des factures en bonne et due forme.

L’importance de la facture pour les autoentrepreneurs 

Pour un autoentrepreneur, les factures sont le moyen d’obtenir le paiement de vos clients qu’ils soient professionnels ou particuliers. Elles constituent également les justificatifs à fournir en cas de contrôle de l’administration, il est donc capital de les rédiger correctement. Pour cela, chaque facture doit comporter un certain nombre de mentions obligatoires. Or, il a été constaté que beaucoup d’autoentrepreneurs commencent leur activité sans être informé de la façon d’établir une facture et ne savent pas la rédiger correctement. Il peut alors être judicieux de se faire accompagner le temps d’acquérir toutes les informations nécessaires et d’éviter de tomber dans les pièges.

Tout ce qu’il faut mentionner sur une facture

Il faut savoir que lorsqu’une facture autoentrepreneur est établie et qu’elle ne comporte pas toutes les mentions obligatoires, ce professionnel peut avoir une amende en cas de contrôle de l’administration. Ainsi, il faut faire figurer sur chaque facture :
  •  L’identité de l’autoentrepreneur, c’est-à-dire son nom, son prénom et son adresse.
  •  L’identification de l’autoentrepreneur qui correspond à son numéro de SIREN ainsi que RCS ou RM et le nom de la ville où vous êtes immatriculé.
  •  Le numéro de la facture.
  •  La date d'émission de la facture.
  •  L'identité du client, à savoir le nom du client ou de son entreprise s’il s’agit d’un professionnel, le statut de l’entreprise, le numéro de SIREN.
  •  La désignation de la prestation ou des produits vendus. Il est recommandé de rédiger une ligne par produit ou service et d’indiquer la quantité, le prix unitaire et la référence.
  •  Le montant hors taxes de la facture.
  •  La mention « TVA non applicable, art. 239 du CGI » indiquant qu’en tant qu'autoentrepreneur, il n’y a pas de TVA.
  •  La date de livraison : c’est la date à laquelle, les produits ou la prestation sont livrés.
  •  La date limite de paiement : il est possible de se faire payer à la réception de la facture ou de donner une date limite.
  •  La pénalité de retard : indiquez le taux de majoration que vous appliquez en cas de retard de paiement. S’il n’est pas spécifié c’est le taux légal en vigueur qui est alors appliqué. Pour calculer la pénalité, il faut multiplier la somme due par le nombre de jour de retard par le taux de pénalité et diviser le résultat par 365 multiplié par 100.
  •  Les conditions d’escompte : s’il y a escompte, il faut indiquer le taux de celui-ci. S’il n’y en a pas, mentionnez « pas d'escompte pour règlement anticipé ».
Nous vous proposons des modèles de facture indiquant toutes les mentions qu’il ne vous reste qu’à remplir.

La numérotation de la facture

Dans ces mentions obligatoires, l’autoentrepreneur doit faire figurer le numéro de la facture. Ce numérotage obéit à des règles strictes. En effet, chaque facture doit comporter un numéro unique et être numérotée dans un ordre logique. Il est possible d’opter pour n’importe quel type de numérotation tant qu’elle reste logique. Si la numérotation simple (1,2,3…) est souvent retenue, pour un autoentrepreneur qui a peu de factures, il peut être judicieux d’utiliser l’année en cours comme préfixe puis de numéroter de façon simple. S’il y a beaucoup de factures, mettre l’année en préfixe puis le mois et le numéro de la facture. L’important est que la numérotation soit un moyen de retrouver une facture rapidement et qu’elle soit facile à expliquer en cas de contrôle de l’administration.

Erreurs sur la facture

Par ailleurs, il est bon à savoir qu’en cas d'erreur dans la facture émise, il ne faut pas détruire celle-ci mais rédiger un avoir. Concrètement, c’est une facture inversée qui a le même montant que votre facture d’origine mais en négatif.
Nous vous accompagnons tout au long de la vie de votre entreprise pour que vous sachiez comment numéroter, comment réagir en cas de problème, etc. Pour que vous ne vous sentiez plus seul face à cet aspect comptable.

Les différents moyens de paiement d’une facture

La facture autoentrepreneur peut être réglée par différents moyens de paiement comme le versement en espèces, le paiement par chèques, le virement bancaire ou le virement électronique. Si vous avez le choix entre ces divers moyens de paiement, il faut savoir que pour les gros paiements, une réglementation doit être respectée. Ainsi, pour un montant de facture supérieur à 3 000 €, un client particulier doit payer par chèque, virement bancaire ou électronique. Pour un client professionnel, ce montant est abaissé à 1 100 €.

Si l’autoentrepreneur bénéficie d’un statut qui allège ses démarches, il doit bien prendre garde de rédiger sa facture, qui doit répondre aux normes et satisfaire en cas de contrôle de l’administration pour ne pas avoir à s'acquitter d’une amende. Pour éviter tout problème, faites-vous accompagner par des professionnels comme ceux de notre entreprise !

Share by: